05 novembre 2017

Laïcité ?

La religion disparaissait tranquillement du paysage à la fin du XXème siècle. La laïcité à la française, marquée par la fameuse loi de 1905, devenait une réalité sociétale. Bien sûr, quelques zélotes réactivaient un combat d'arrière garde, par exemple lors de la loi "avortement" sous Giscard. Mais la messe était dite.


 Aujourd'hui, la présence quotidienne de la religion, d'une religion en particulier est, par elle-même, un retour en arrière. Le pire est que l'islam de France n'est même pas une religion, c'est un système politique totalitaire et théocratique.
Il me semble donc inapproprié d'évoquer la laïcité.

D'une part la laïcité à la française avait été élaborée pour s'affranchir essentiellement de la chrétienté, plus précisément de la religion catholique apostolique romaine. Cette séparation correspondrait presque à un divorce : ce sont deux systèmes (le futur "laïque" et le toujours catholique) qui ont vécu ensemble depuis des siècles. Pour le dire autrement, notre laïcité me semble intimement liée au catholicisme et sa généralisation à toutes les religions un tantinet artificielle.

D'autre part, comme je l'ai précisé, l'islam n'est pas une religion aujourd'hui en France. Ou alors, il existe bon nombre de religions !
Si je considère la croyance en une puissance supérieure comme étant une religion, le collectivisme, le capitalisme en sont tout autant. Avec leurs rituels, leurs prêtres...  Pensée pour un certain Jean-Luc, soit deux prénoms d'évangélistes :)

Il me semble donc important de bien nommer les choses, en référence à Camus, ce bien-aimé.
 Une "prière de rue" est en fait un acte de guérilla urbaine sans arme, de conquête de territoire.
Le port du voile est une revendication politique, absolument pas un acte religieux : il serait bon de revenir à ce qu'est l'Islam en tant que religion  et pas l'islam  en tant que système politique.

Alors soyons clairs : l'islam aujourd'hui en France n'est pas une religion de paix : c'est un système politique conquérant qui profite habilement d'ailleurs de nos lois et principes d'essence chrétienne, avec d'ailleurs le mauvais côté de culpabilisation qui va avec.

Paradoxalement, je souhaite revoir l'Islam, cette religion dont les fidèles faisaient l'admiration de Charles de Foucault par exemple.  Quand Allah est Grand était encore une marque de dévotion, un peu comme Dieu soit loué, pas un cri de guerre.

Et à propos de guerre, j'ai une pensée pour les Musulmans authentiques, pas les militants de ce parti politique, qui, tout comme un Chrétien, un Toltèque, se sont engagés dans une guerre sainte, un "djihad" au sens de guerre contre le Mal ou bien contre le Parasite. Bref une guerre toute intérieure, une guerre au sens du guerrier pacifique de Dan Milman. Une guerre contre l'égo probablement. Ceux-là sont mes Frères et Sœurs sur le Chemin.

Notez que le catholicisme n'a pas toujours été une religion de paix non plus.  l'Occitanie aura payé un lourd tribut, lors du génocide des Cathares pendant l'invasion au XIIIème siècle. C'est là que va naitre l'Inquisition, page noire de ce système de croyances. Qui aujourd'hui dirait que, même à l'époque, le catholicisme était une religion de paix. Mais depuis, la laïcité, le concile Vatican II constituent, je le crois, l'honneur du catholicisme. Quand les Musulmans se décideront-ils à vivre leur vatican II ?
Dire que l'Islam est une religion de paix aujourd'hui suppose alors clairement que l'inquisition ou l'évangélisation forcée n'était pas le catholicisme, disons le catholicisme-isme dans une analogie islam / islamisme.

Islam, Musulman : entre un soufi, mystique pacifique qui considère la guerre sainte comme intérieure d'un côté et des combattants décidés à génocider l'Occident, comment s'y retrouver ?
Migrant : entre une personne qui arrive en France, pour fuir une situation impossible et dans le but de s'intégrer et des individus qui profitent de l'humanisme français pour infiltrer et commettre ensuite des actes de guerre... comment s'y retrouver ?
Dans les années 70, l'une de mes amies s'appelait Angèle, était d'origine espagnole. Son prénom officiel (carte d'identité) était Angela. Elle m'expliquait qu'elle souhaitait s'intégrer.
Combien de Pierre Rabhi qui, sans nécessairement se convertir au christianisme c'est à dire à la culture du pays d'accueil, changent de prénom ?

Pour terminer, je dois dire que je suis consterné par la (non)réaction du peuple français (si là tout de suite vous pensez "blanc" c'est que nous n'avons pas la même définition de ce qu'est la France).
Est-ce de
  • l'hébétude
  • la sidération
  • la peur
  • l'inconscience
  • ...
Je nuancerais quand même un peu : il se trouve que de nombreuses personnes ouvrent les yeux. Malheureusement, leurs paroles se perdent, sont étouffées, dans ce jeu du politiquement correct où la crainte d'être traité d'islamophobe est certainement plus présente que ce que j'imagine. C'est curieux car, dans une république laïque telle que la France, le terme "islamophobie" est un non-sens. Pensée pour les auteurs de Charlie (même si je ne suis pas toujours Charlie) : être menacé de mort en 2017 pour une caricature d'un activiste politique (que certains qualifient de "théologien" !) est simplement un signe de plus de notre régression. Après le 7 janvier...


 Je ne sais pas ce qui nous attend, dans un futur probablement plus proche que ce que j'imagine d'ailleurs. Mais à ce rythme de déchristianisation (c'est à dire d’acculturation) et d'islamophilie de nos dirigeants,  du politiquement correct qui trouve pertinent de tolérer l'intolérable... Je ne donne pas cher de notre civilisation, d'autant plus que les changements climatiques, dus ou pas à l'être humain, sont bien une réalité qui va rendre invivable une bonne partie de l'Afrique d'ici quelques décennies. Où iront tous ces humains ?

Ne parlons pas de laïcité, la question n'est pas là. Parlons déjà de ce qui se passe : une nation étrangère (l'islam) qui a pour but de remplacer la notre. Les envahisseurs des derniers siècles étaient beaucoup moins malins.
Laïcité ? Quelle drôle d'idée !

La France de la fin du XXème siècle aura peut-être été une utopie réifiée, éphémère. Et c'est déjà pas mal de l'avoir vécu !







Aucun commentaire: