31 août 2017

Guerre Islam Occident : phase II

Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheurs du monde, Albert Camus
Qu'on le veuille ou non, une guerre est une guerre : dégueulasse. Le déni n'est pas une option viable.



Précautions d'usage

  • Le sujet est un système de croyances de type politique théocratique, appelé Islam et confondu parfois avec une religion... Et l'emprise régressive et aujourd'hui délétère de ce système sur notre société ;
  • De même que tous les Français ne sont pas racistes ou bien tous les Allemands n'étaient pas des nazis, de même tous les adeptes de ce système politique ne sont pas des combattants tels que nous les subissons en Occident.

Guerre Islam Occident : phase I

Cette phase a démarré depuis plusieurs décennies. Elle se traduit par des agressions essentiellement culturelles et/ou sociétales, par exemple l'abattage rituel qui est une régression à l'époque d'un abattage modernisé basé sur l'étourdissement de l'animal.

Cette phase s'appuie sur plusieurs stratégies :
  • montée en puissance du nombre de combattants (immigration, reproduction)
  • clientélisme d'individus élus de la république française
  • postulats de nos lois sociales qui ne sont pas prévues pour être appliquées dans des contextes très régressifs de ce type
  • surtout : volonté claire de la part de ces combattants de ne pas s'intégrer.
 Le point focal de cette phase (qui est encore en cours) est ce que certains nomment islamisation, c'est à dire un Islam (système politique théocratique) plus visible et impactant au niveau de la société.


Phase II : début du génocide

 Le jalon emblématique de cette phase est probablement le 7 janvier 2015. Ces actes de guerre qui se succèdent à un rythme de plus en plus rapide sont parfois nommés "attentats", ce sont en fait des actes génocidaires plus que terroristes. Cela participe de ce que certains nomment radicalisation.

Notez que ce système politique théocratique n'a pas attendu 2015. Je me souviens par exemple de cet ami (blanc), début des années 80, qui "sortait" avec une Algérienne de famille adepte de ce système politique théocratique. Le père avait engagé un tueur (oui, vous avez bien lu...) pour l'assassiner et c'est l'intervention d'un cousin, qui a eu la présence d'esprit de les prévenir, qui a pu les sauver in extremis.

Les années 30...

Dans j'ai du dormir debout je racontais ce prof d'histoire qui nous expliquait les années 30 en comparant le bruit des usines d'armement allemandes à "Tout va très bien Madame la Marquise" en France. Et si l'Histoire nous apprenait quelque chose...
Les Allemands avaient des raisons d'être rancuniers, ce que l'on pourrait nommer de façon lapidaire "l'humiliation de la défaite en 18". Montée du nazisme... Premiers actes guerriers, par exemple nuit des longs couteaux.
Surtout le déni français de cette menace croissante.

De même, les adeptes de ce système politique théocratique ont des raisons d'être rancuniers envers l'Occident : ce capitalisme sauvage qui nous procure du pétrole à prix encore abordable, moyennant quelques interventions militaires (Irak...) et surtout compromissions incompréhensibles sinon.

Ces explications ne sont pas des excuses. Être vaincu en 18 n'est pas un blanc-seing pour (tenter de) génocider Juifs, Homosexuels...

La réponse des peuples occidentaux à cette agression ?

Pour être honnête, ce n'est pas cette guerre menée par des adeptes d'un système politique théocratique, conquérant, impérialiste... qui est le plus dramatique. Ce sont les réactions aux différents actes de guerre :
  • "Ils n'auront pas ma haine"
  • "nous n'avons pas peur"
  • "non à l'islamophobie".
Pêché sur twiiter récemment :
 " is not the absence of fear, but rather the judgment that something else is more important than fear." ~ Ambrose Redmoon

Pour ma part... j'ai peur : actes de guerre, agressions de nos valeurs...
Et quelque chose de plus important que cette peur : la survie de notre culture, de nos avancées sociétales, le monde de mes enfants, petits-enfants...

Il est légitime (bientôt illégal ?) de se défendre, ce n'est pas de la violence gratuite, ce n'est pas du racisme ni de la haine. C'est, paradoxalement, respecter nos ennemis.

Et de leur côté, les adeptes de cette politique sont à la croisée des chemins
  1. se décider à provoquer un Aggiornamento salutaire qui consistera en un voyage temporel : directement du 7ème au 21ème siècle,
  2. laisser mourir ce système comme il naquit : dans le sang.



Aucun commentaire: